top of page

Qui est Marshall Rosenberg 

Rosenbergportret.webp

Nationalité : États-Unis
Né à Canton, Ohio, le 06/10/1934
Mort à Albuquerque, le 07/02/2015


Marshall Rosenberg a grandi à Détroit, dans le Michigan, dans un contexte de tensions raciales. Il découvrit à l’école qu’«un patronyme pouvait être aussi préjudiciable qu’une couleur de peau», lorsque certains de ses camarades prirent l’habitude de l’attendre à la sortie des cours pour le tabasser parce qu’il était à leurs yeux un « sale youpin »…
C’est à partir de ces événements, que la quête de

Marshall Rosenberg a débuté.

Et si la paix des hommes reposait sur le langage ?

Marshall Rosenberg n’eut de cesse de rechercher un mode d’expression qui consisterait en une alternative à la nécessité de recourir à la violence.

 

Voici un aperçu se sa théorie :

« Les jugements que nous portons sur les autres sont l’expression tragique de nos besoins non satisfaits. » 


En 1961, Marshall Rosenberg a reçu son diplôme de docteur en psychologie clinique à l'Université du Wisconsin.

Il a écrit de nombreux livres dont « Les mots sont des fenêtres ou bien ce sont des murs », où il expose les principes de la « résolution pacifique des conflits ». Il s'est inspiré de son collaborateur Carl Rogers et de Gandhi (d’où le terme NonViolente, provenant de Ahimsa).


Avec ses confrères, Marshall Rosenberg a fait connaître le processus de la CNV à des dizaines de milliers de personnes dans une quarantaine de pays – y compris des pays en guerre – et sur les cinq continents. Il a voyagé dans le monde entier pour intervenir en tant que médiateur dans les conflits et promouvoir la paix.

 

Marshall Rosenberg laisse derrière lui un réseau mondial de la CNV qui agit pour diffuser ce processus vecteur de changement social et de paix.

 

chacal et girafe.jpg

Le chacal et la Girafe

Marshall Rosenberg utilise la métaphore de la girafe et du chacal pour faire comprendre la Communication NonViolente®.

A travers eux, il distingue deux façons de s’exprimer, de penser et d’être.

 

Le chacal

C’est l’animal qui symbolise la violence « ordinaire » présente dans les situations de communication.

Le chacal ne connaît pas ses besoins et parfois il hurle pour communiquer. Il tient un langage fait de critiques et d’interprétations qui créent ou amplifient le conflit :

  • colle des étiquettes : “tu es méchant”, “il est fort”

  • porte des jugements : “J’ai raison, tu as tort »

  • reproche et s’auto-critique : “ Tu aurais dû ! Je suis coupable.”

  • nie la liberté de choix : “je dois, tu dois,…, tu ne peux pas, je suis obligé »

  • exige et menace : “c’est un ordre ! c’est moi qui décide. Si tu ne fais pas ça alors…”

 

La girafe

Elle observe sans juger, elle exprime ses sentiments sans en rendre l’autre responsable.

C’est le langage du cœur OSBD (la girafe est le mammifère terrestre qui a le plus gros cœur)(voir onglet Qu'est-ce que la CNV) .

Derrière chaque jugement se cache un besoin. Le langage de la girafe est à l’écoute des besoins, c’est pourquoi il apaise le conflit.

 

Ces personnages sont là pour nous aider à prendre de la distance, souvent sur le mode du jeu et de l’humour. L’apprentissage de la CNV consiste donc à avoir conscience du paradigme dans lequel nous nous positionnons, de ses conséquences sur la relation et à faire des choix plus libres.

bottom of page